LE RESEAU

lundi 30 juillet 2012

Nicky Wants You * Concours Inside *




Souviens-toi, il y a quelques jours, je te parlais de Nicky.
Dans la chanson, c'est Prince qui a l'air un peu beaucoup fasciné par Nicky. D'ailleurs, si tu as osé regarder la vidéo que je t'avais indiquée, tu sais que Nicky met le playmobile violet dans un drôle d'état.
Aujourd'hui, on va tester le contraire. C'est toi qui va mettre Nicky dans tous ses états, et peut-être même que tu vas gagner.
Vous n'êtes plus sans savoir que Nicky est une jolie paire de lunettes de soleil signée Le Temps Des Cerises.
Bon, figurez vous qu'on m'a proposée de vous la faire gagner.

Alors oui, on aurait pu faire un truc un peu funky, j'aurais pu demander à Prince de venir chanter devant vous et celle qui aurait transpiré le plus aurait gagné ...
J'aurais pu. Mais il se trouve que Prince n'était pas dispo, là, tout de suite. J'ai donc du revoir un peu mes plans.
Alors je sais, c'est l'été, sur Instagram, c'est un peu le méga fight de qui aura la plus belle photo de piscine/plage/cocotiers/tartines/bruschettas/que-sais-je encore ...
Mais moi, j'ai décidé de te faire bosser un peu. Don't panic, c'est du travail à domicile (tu peux même le faire toute nue au bord de ta piscine si vraiment tu le sens comme ça).

Voici donc les règles pour participer au concours de l'été et tenter de remporter ta paire de Nicky :

1. Faites moi une belle photo de votre paire de lunettes de soleil actuelle. Mais attention, pas une photo quelconque, ce serait trop simple. Tu sais que j'aime bien rigoler, parfois même je tente des trucs, je lance des vannes dans la nature, et parfois, je me prends des vents :D (la nature je t'ai dit ...). 
Du coup, j'aimerais que tu les mettes en scène, tes lunettes. 
Et pour ne pas fausser les participations, j'aimerais que tu m'envoies ta photo PAR MAIL à cette adresse : clemence--m@hotmail.fr avec en objet "Concours Clemence M - Temps des Cerises"

2. Ensuite, si ça te dit, tu peux cliquer sur "J'aime".




3. Le concours commence dès maintenant. Il prendra fin le Dimanche 12 Août à Minuit. Toute participation envoyée après cette date ne sera pas comptabilisée.

4. Et la gagnante ? La gagnante sera celle qui m'aura envoyée la photo la plus originale. Et rassure toi, je ne serai pas seule juge. Mon frère, grand humoriste, m'aidera dans mon choix.



Je sens que ton cerveau bouillonne déjà, tu n'écoutes plus vraiment ce que je te dis. Je te laisse donc dégainer ton appareil. J'attends vos photos avec impatience ! Un conseil : soyez folles ;)








Clemence M.

jeudi 26 juillet 2012

L'Apéro My Little Lyon, Un An Plus Tard



Il y a un an, presque jour pour jour, j'assistais à ma première soirée en tant que blogueuse.
A l'époque, j'étais timide, je ne connaissais personne.
Laurence de My Little Lyon m'avait gentiment invitée, et j'étais tellement en flippe à l'idée de venir seule que je lui avais demandé si je pouvais venir avec mon frère (je précise que la soirée était réservée aux filles mais j'ai quand même tenté le coup ... sait-on jamais ... sur un malentendu). 
A l'époque aussi, j'aimais la couleur.
Je me souviens même y avoir été avec un blazer nude. Si si, t'as bien lu. Regarde, je vais même te l'écrire en majuscules au cas où t'aurais un doute : NUDE.
C'est dire l'évolution qu'il y a eu en un an.

Vendredi dernier, et comme tous les étés, My Little Lyon a donc organisé  son apéro estival.
Cette année, je suis venue avec mes blogo-copines, j'y ai retrouvé d'autres blogo-copines, et je ne te dis même pas de quelle couleur était mon blaz'.
Alors certes, j'ai changé. Mais les soirées My Little Lyon, elles, n'ont rien perdu de leur coolitude, même sous la pluie.
Au programme des réjouissances ce soir là ...

1. Un lieu bluffant : une superbe pièce immaculée ainsi qu'une terrasse (avec piscine, s'il vous plait) avec une vue imprenable sur la Saône, Confluence et la colline de Fourvière.







2. Un atelier cocktails à base de Lillet avec le seul, l'unique, L'Antiquaire




Céline s'est prêtée au jeu. Céline, je te remercie de m'avoir évitée l'humiliation générale (non parce que si tu veux, je me voyais mal shaker avec mes bras de caudofovéate) (ah oui, "les caudofovéates sont des mollusques vermiformes dépourvus de sillon ventral et de pied", voilà voilà).



3. Un apéro en kit directement venu de Chez Guillemette, THE repère des bruncheuses lyonnaises.





4. De jolis cupcakes signés Laureline's Corner.




5. Des copiiiines (désolée, j'arrive pas à dire ce mot sérieusement, s'il y a un psy dans la salle ...)



Fadela, Stef (ou l'art du clin d'oeil), Sophie, Alicia et Clem (ou l'art de jouer avec la caméwa).


Céline en plein shooting avec Marion.


Et puis moi, également shootée par Marion, et shootée tout court en fait. Car je te signale que la veille, je me suis un peu tapée toute la Rive Droite parisienne avec mon autre Clem.




Blazer - Mango

Top - H&M

Manchette - COS (from Paris, baby)

Montre - Casio

Pantalon - Zara

Escarpins - New Look


6. Une playlist assez dingue.


A l'heure où tu liras ce post, je serai loin. Mais ne t'en fais pas, j'aurai de quoi vérifier si vous m'avez laissé les fameux 100 commentaires sur le post précédent ;)

Encore un grand merci à Laurence pour cette soirée, ainsi qu'à tous ceux que j'ai cités.




Clemence M.

PS : Désolée pour la qualité de certaines photos. La fatigue plus la lumière parfois un peu trop sombre ont eu raison de mon talent. Oh ça va, je déconne ..................... Y'avait l'alcool aussi. 

lundi 23 juillet 2012

Burn Out



Ce jour là, on va dire que j'ai pas su choisir.
Pas su choisir entre le noir et le blanc.
Entre l'or et l'argent.
Entre le Rhône et la Saône.
Entre l'eau et l'acier.
Entre la nature et la ville.

Du coup, un peu comme un cadre sup' à la cravate motif renard sauvage au bord du "burn out" (en même temps, avec une cravate pareille, y'a de quoi déprimer grave hein), j'ai tout mélangé.
J'ai pris tout ce que je t'ai déjà montré à peu près dix mille fois, et j'ai tout mis, ensemble. Je touche le fond.
Marion m'a emmenée à la pointe de la presqu'île, à la confluence du Rhône et de la Saône.
J'ai fermé ma blouse jusqu'au dernier bouton (attends qu'est-ce que tu crois ? Un cadre sup', même avec une cravate motif renard sauvage, ça reste sérieux).
J'ai fait de la spéculation abusive sur mes poignets.
On a trouvé un pont, de l'acier, de l'eau.
Et on a shooté.





Eh Shakira, moi non plus, mes "hips don't lie" hein ! (la version vidéo très bientôt, pour toi public, si tu dépasses les 100 commentaires) (au bord du burn out, mais pas folle)








Blouse (déjà vue ici) - Comptoir des Cotonniers

Bracelets - H&M (poke ma Clem)

Montre - Casio

Jean - H&M

Sandales - H&M


Là, je te vois perplexe. Tu te dis sûrement : "Mais si j'ai bien suivi, le cadre sup' à la cravate motif renard sauvage, s'il est au bord du "burn out" en même temps qu'il est au bord d'un cours d'eau, il est pas censé sauter ?".
Alors là j'interviens, et je te rassure : non, je n'ai pas sauté, oui, je suis toujours en vie. Désolée si je t'ai fait peur, c'est mon côté Actor's Studio (ou pas).


Bon en fait, faut que j'te dise, tout n'est pas faux dans cette petite histoire.
Je commence légèrement à péter un boulon à Lyon (tellement que là, je viens de faire une rime, et ça n'égaye même pas ma journée ...).
Je vais donc partir dans quelques jours voir les renards sauvages de l'île de Ré (?!*$%).
Mais pas de panique, je continuerai à poster, et surtout, je shooterai à tout va l'océan, les roses trémières, les ânes, les marais salants, le sable, les galets, ... tout ce que je commence à connaître par coeur mais dont je ne me lasse définitivement pas.
Je te parlerai aussi bientôt de ma journée à Paris.

Un grand merci à Marion pour ses sublimes photos.
Un conseil, allez faire un tour sur son nouveau blog ;)




Clemence M.


PS : J'ignore combien de cinglés fétichistes de la cravate je vais attirer avec cet article. J'ai peur mais j'assume.
PS 2 : Mes condoléances à tous ceux qui passeront par ici et qui ont l'honneur, que dis-je, le privilège de connaître un Jean-Jacques à cravate motif renard sauvage.
PS 3 : Je n'aurais peut-être pas du écouter un truc aussi kitsch en rédigeant. Pardon.

samedi 21 juillet 2012

La Semaine Médias #20



La Semaine Médias t'a manquée ?
Rassure toi, moi aussi. 
Mais miracle, elle est de retour. Et pour cette 20ème (ouais, déjà, le temps passe vite, bientôt j'aurai des rides), tu ne seras probablement pas étonné(e) si je te parle idole, photo et surtout ... noir et blanc.


Samedi 14 Juillet

Next (le mag de Libé) révise ses classiques.

Samedi dernier, le Stade de France était plus True Blue que tricolore.
Pour l'occasion, Next a fait son Madonnarama. 10 garçons ont joué à la Madone, histoire de nous rappeler l'âge d'or de la blonde. 


Les autres photos sont à voir ici.


Mardi 17 Juillet

George is back.



Michael n'est plus là, Prince passe sa vie en tournée et ne veut plus vendre de disques.
Comprenez donc que je sois légèrement hystérique quand George revient en force, en musique, et en image.
George a failli y passer cet hiver, mais- heureusement pour moi - la vie a décidé de le garder encore un peu. George est en vie, il veut te le faire savoir, et putain, qu'est-ce qu'il le fait bien.
Je sais pas toi, mais moi, je suis accro à cette chanson, et bluffée par ce clip, ces images saccadées puis ralenties, ces symboles, ces jeux de couleurs, de contrastes, et puis Kate, ses cheveux ...


Mercredi 18 Juillet

L'hiver sera noir et blanc, ou ne sera pas.

 

Elles ont testé le navajo, le fluo, et bien d'autres choses plus ou moins ... convaincantes.
Cet hiver, finies les expérimentations douteuses, les marques reviennent aux basiques, et se la jouent bicolores.
Là, j'ai juste un peu flashé sur les premiers visuels Sandro.
D'autres à voir ici.


Jeudi 19 Juillet

Helmut s'expose.



Un grand nom de la photographie, et sans aucun doute l'un de mes favoris, est à l'honneur au Grand Palais, à Paris, et ce jusqu'au 31 Juillet.
Une rétrospective que j'ai eu la chance de voir avec Clémentine et qui nous rappelle combien Newton savait maîtriser mieux que quiconque le noir et blanc, tout en exhibant habilement le corps de la femme.
Si vous êtes de passage à Paris, je ne peux que vous la conseiller.


Sur ce, je vous dis à Lundi, avec du look.




Clemence M.

lundi 16 juillet 2012

Chic & Choc



Hier, c'était Dimanche.
Je m'embêtais un peu. Comme un Dimanche quoi.
Je n'avais aucun article de prévu pour aujourd'hui (mais ça j'aurais peut-être pas du te le dire parce que ça fait pas blogueuse sérieuse).

Et puis, vers 16h09, j'ai eu un genre de pulsion "femme au foyer" (enfin plutôt, "étudiante qui vit toujours chez Maman et qui veut se prouver des choses en cassant des oeufs").
Je te parle de pulsion, mais en réalité, c'était vachement prémédité. La preuve : la veille, j'avais demandé à ma mère de me ramener des bananes du Monoprix marché. Avoue que ça, c'était déjà très très louche.

A 16h09 tapantes donc, je me suis dirigée vers la cuisine, et j'ai cuisiné (étonnant).
Et voilà le résultat.
Pour info : c'est un muffin banane-chocolat. Je te rassure, je n'en ai pas fait qu'un (non mais t'imagines un peu la tarrée qui se fait UN muffin ?!), j'ai planqué les autres pour faire de la foodography un peu classe.
Oui parce que, pendant que mes muffins cuisaient, j'ai eu une autre pulsion, photographique cette fois ci, et j'ai eu envie d'un truc très chic, très distingué ... très palace quoi.

Les Ingrédients (pour 8 muffins) :

125 g de farine
100 g de sucre
1/2 sachet de levure
50 g de beurre fondu
2 oeufs
50 g de chocolat (pépites ou copeaux)
2 bananes
1 pincée de sel

La Recette :

Faire préchauffer le four à 180°.
Battre les oeufs et le sucre dans un saladier. (leur fais pas trop mal non plus hein)
Ajouter la farine, la levure, le beurre fondu, le sel, le chocolat et les bananes coupées en rondelles.
Mélanger les ingrédients.
Verser le mélange dans un moule à muffins.
Enfourner à 180° et laisser cuire 20 minutes environ (vérifier la cuisson avec une lame de couteau).
Kiffer son muffin en le mangeant à la cuillère (ça fait plus sélect').





Je sais casser des oeufs, mais je bois toujours du Candy Up. Gamine.





Blogueuse un jour, blogueuse toujours, j'ai trouvé cette recette sur le blog Chocolat A Tous Les Etages, et je remercie l'auteur pour m'avoir donné la foi l'inspiration.

J'espère que cette recette vous plaira autant qu'à moi !




Clemence M.

PS : Désolée pour le vieux jeu de mots du titre (que personne ne fait plus depuis 1983, et encore), j'ai pas trouvé mieux.

jeudi 12 juillet 2012

Darling Nicky



Si des fans de Prince passent par ici, je vais très probablement me faire tabasser à coup de vinyles de Purple Rain.
Pourquoi ? Tu te poses la question hein ? Si si, je vois bien que tu te la poses.
Parce que ce titre (Darling Nicky) est très très fortement inspiré d'une chanson du Playmobil violet, sauf que je l'ai très très volontairement mal orthographié.
Pas pour fâcher la communauté purple, non. Loin de moi cette idée de me mettre à dos je ne sais combien de millions de gens dont je partage l'hystérie face à 1m57 de génie.


Non, en fait, si j'ai choisi ce titre, c'était uniquement dans le but de rendre hommage à mes lunettes de soleil.
Oui je sais, ça fait beaucoup d'hommages en très peu de temps mais que veux tu, c'est mon truc les hommages (c'est tellement mon truc que j'hésite à monter ma boîte d'événementiel spécialisée dans les hommages tu vois).
Pour ce qui est des lunettes donc, sache qu'elles m'ont été gentiment offertes par Le Temps Des Cerises (blogueuse honnête, t'as vu). La marque lance en effet sa deuxième collection de solaires à l'inspiration très vintage. Etant plutôt habituée aux montures noires, j'ai voulu innover et tenter le beige (grande folle que je suis). J'ai donc opté pour ce modèle, à mi-chemin entre lunette ronde et forme papillon, et dénommé ... Nicky.
En plus d'être sympa à regarder, ces lunettes font leur boulot et protègent plutôt bien les yeux (indice 3 si mes souvenirs sont bons), et ça tu vois, c'est important.
En tous cas moi, je suis convaincue. 



T'as vu, c'est mon poto. (là je serais toi, je fuirai tant qu'il en est encore temps. Les vannes d'un niveau pareil, c'est pas permis)







Non, je n'ai pas les bras oranges, c'est une illusion d'optique (ou un complot des extra-terrestres ... qui sait).



Lunettes de soleil - offertes par  Le Temps Des Cerises (dispo chez tout bon opticien)

Haut - Zara TRF (ancienne collection)

Sac - Printemps

Bracelet en cuir - Hermès

Montres - Casio

Jean - H&M

Sandales - H&M (vous me dites le jour où vous pouvez plus les voir, hein ?)


Vacances obligent, le rythme des posts a un peu ralenti ces derniers temps. Mais rassurez vous, il y aura des articles tout l'été et de belles surprises à la rentrée.

Merci à Valentin pour les photos.




Clemence M.


PS : Si tu tiens vraiment à savoir qui est Nikki et ce qu'elle fait dans sa chambre d'hôtel, clique ici. (ah, comment je t'ai bien vendu le truc, sale voyeur)

dimanche 8 juillet 2012

Lyon Presqu'Ile #3



Si vous êtes en manque de photos, je pense qu'à la fin de cet article, vous vous sentirez un peu comme après avoir mangé un triple cheese supplément cheddar/bacon/oignon (je vous aurais prévenus) (désolée j'ai pas trouvé mieux comme métaphore, même si les puristes diront que c'est une comparaison et pas une métaphore).

Souvenez vous, l'année dernière, on s'était balladé dans Lyon, avec mon Reflex-que-je-venais-d'acquérir-et-que-du-coup-je-prenais-un-peu-tout-ce-qui-me-passait-devant-l'objectif.
Si tu ne t'en rappelles pas, viens par ici et ici, que je te rafraîchisse la mémoire.

Cette année, j'ai eu envie de recommencer. Mais cette fois-ci, j'ai voulu faire le tour de Lyon en noir et blanc.
Je ne vous cache plus mon obsession maladive pour ces deux couleurs qui selon moi, en photo comme en mode, sont plus puissantes que n'importe quelle autre.
J'ai, comme toujours, essayé de trouver des angles originaux, inattendus voire même ambigüs (genre je fais de la photo conceptuelle qu'on comprend pas trop ce qu'il y a dessus ...) (Alphonse, je crois que j'ai trouvé l'artiste qui sommeille en moi).

Avec mon frère, nous sommes donc partis de la place Bellecour (ou plutôt Antonin Poncet, sur la première photo) pour arriver place des Terreaux, en passant par Ainay et le Vieux Lyon, le tout par 35° à l'ombre et sans bouteille d'eau. Un peu comme dans le Sahara, ouais. Bref, j'ai morflé pour toi, public.



Ainay, le quartier où même les halls d'immeuble ont la classe.


Ainay et ses antiquaires.


La place Gailleton, toujours à Ainay.



Le long de la place Bellecour.


La passerelle Abbé Paul Couturier, qui traverse la Saône et mène au Vieux Lyon.



L'Eglise Saint Georges.





Pour les courageux qui veulent escalader la colline de Fourvière (c'est à dire, pas moi).



Fourvière qui joue à cache-cache, la vilaine.


Le Vieux Lyon et ses Traboules (je te laisse chercher sur Google si tu ne connais pas, ça n'a rien de malsain).




J'aime les câbles.


En bordure de Saône.



Non en fait, j'adore les câbles.


La place des Terreaux et ses dalles ultra graphiques.


J'espère que cette série vous aura plu.
A très vite pour du look !




Clemence M.